Vous êtes ici

Adrien Chassagny

Adrien Chassagny

Ludovic, Mathilde, Enver, Pierre-Henry et Flora ont un point commun : ils ont tous remporté dans leur discipline, qui va de la sommellerie à l’art floral, les Olympiades des Métiers. Retour sur ce que ce concours d’excellence a apporté à ces jeunes médaillés.

« Le luxe de pouvoir choisir son employeur »

« Dans la sommellerie haut de gamme, on est toujours en compétition », confesse Adrien, sommelier à la Villa Augusta dans la Drôme et ancien élève du lycée hôtelier de Chamalières. Les concours dans cette profession sont légion et le petit monde des sommeliers de restaurants de luxe est très restreint : « On est à peine une dizaine à choisir cette voie sur les 80 sommeliers qui peuvent sortir de formation dans une année. C’est un métier très compliqué… » 80 à 90 heures de travail par semaine, pas de week-ends, sans parler de la connaissance encyclopédique du vin qu’il faut sans cesse entretenir.

Pour ce jeune qui passe son précieux temps libre à aller rencontrer des vignerons pour parfaire son talent, participer aux Olympiades des Métiers en 2012 était un passage presque banal. « Ça booste pour tout ! On passe de simple étudiant à compétiteur », reconnaît toutefois Adrien. Il se rappelle les entraînements collectifs à l’ASM, l’entraînement psychologique pour apprendre à se concentrer, « qui lui sert encore énormément ». Et l’ambiance chaleureuse entre les compétiteurs : « On était quatre, les quatre meilleurs qu’il fallait départager et quatre passionnés. On mangeait ensemble… » Après l’or remporté en sélection régionale, Adrien terminera à la troisième place lors de la finale nationale. Mais il gardera évidemment des contacts avec ses comparses.

« Les Olympiades des Métiers ne sont pas le concours le plus connu dans notre profession qui est habituée à des épreuves sponsorisées par des marques. Mais c’est le plus important. » Sa participation lui a ainsi garanti un recrutement très rapide « en ayant le luxe de choisir mon employeur ». « Chaque semaine, je reçois cinq à dix offres d’emploi. » Un gage d’avenir serein, même si Adrien rêve plutôt de créer sa propre entreprise autour du monde du vin. En attendant, il compte organiser son temps pour participer à la prochaine épreuve des Olympiades. « Quand on y a goûté, c’est une vraie drogue ! »

Ils sont huit jeunes, âgés de 21 à 25 ans, à voir participé aux Olympiades des Métiers entre 2006 et 2012. Destinée à célébrer les savoir-faire professionnels, cette manifestation, aujourd’hui internationale, est née en Espagne en 1950. 67 pays répartis sur les cinq continents se retrouvent en compétition lors de ces Olympiades, à l’issue de sélections régionales puis nationales. En France, les sélections régionales sont organisées par les Conseils régionaux, les organismes professionnels et les établissements d’enseignement et de formation. Une cinquantaine de métiers sont représentés, des secteurs de l’alimentation à l’automobile en passant par le bâtiment, l’industrie ou les nouvelles technologies. Après Clermont-Ferrand en 2012, Strasbourg accueillera la finale nationale début 2015, avant l’épreuve internationale organisée à Sao Paulo.

Huit participants s’expriment à travers huit ressentis personnels, qui se rejoignent pour la plupart. Une constante : les Olympiades figureront pour chacun parmi leurs souvenirs les plus forts.

Adrien Chassagny